Rencontre-débat – Enfances brisées de Palestine – 23 novembre

Dans le cadre du Festival des Solidarités du 17/11 au 02/12, le groupe local 14-6 de l’AFPS organise une rencontre-débat « Enfances brisées de Palestine » le vendredi 23 novembre de 18h30 à 22h30. Des invités palestiniens et français exposeront ce que être enfant à Gaza et en Cisjordanie veut dire. Cette soirée aura lieu à l’annexe de la mairie du 14e, 12 rue Pierre Castagnou à Paris.

Au programme : exposition, témoignages filmés, conférence-débat avec trois invités :

  • Dr Samah Jabr, psychiatre, chef du département de santé mentale au Ministère de la santé palestinien, auteur de l’ouvrage « Derrière les fronts » et protagoniste du film du même nom.
  • Wajdi Yaeesh, directeur de l’ONG Human Supporters de Naplouse
  • Dr Jeanne Dinomais, pédopsychiatre, chef du projet « Enfants de Gaza »

 

Capture d_écran 2018-10-24 à 22.58.15

Cet évènement est organisé par AFPS Paris 14-6, CCFD-Terre solidaire, LDH Paris 14-
6 et LDH Paris 15ème, Amnesty International 15ème, Chrétiens de la Méditerranée.

Pour en savoir plus sur notre groupe local, vous pouvez consulter notre page « Qui sommes-nous ? ».

Publicités

Qui sommes-nous ?

Aux côtés de plus de cent groupes locaux de l’Association France Palestine Solidarité, notre groupe local, créé fin 2004, développe son activité dans les 14ème et 6ème arrondissements de Paris.

L’AFPS rassemble des personnes attachées aux droits de l’homme et au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Elle développe la solidarité avec le peuple palestinien, victime de l’un des conflits les plus longs et les plus injustes de l’histoire contemporaine, que la communauté internationale se montre incapable de résoudre. Nous contribuons à renforcer l’amitié et la solidarité entre les peuples français et palestinien et à œuvrer, sur la base du droit international, en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient, fondée sur la reconnaissance des droits nationaux du peuple palestinien.

Notre groupe local est basé à la Maison des associations du 14ème arrondissement. Il est en relations régulières avec de nombreuses personnalités et organisations du quartier.

Le groupe organise chaque mois une réunion des adhérents et une réunion du Conseil d’administration. Deux adhérents du groupe sont membres du Conseil national de l’AFPS. Plusieurs adhérents participent à des groupes de travail nationaux de l’AFPS (formation, prisonniers).

Ce blog a été mis en place en 2015. On y trouve les annonces des évènements à venir et des comptes rendus d’interventions lors de nos réunions mensuelles.

Réunions d’information et Conférences

Une part importante de nos réunions mensuelles est consacrée à l’information de nos adhérents. La première partie de nos réunions est consacrée aux activités du groupe et à l’évolution de la situation au Proche-Orient, en Palestine et en Israël. Nous abordons ensuite des sujets spécifiques, souvent à partir d’exposés d’invités extérieurs.

Ces conférences-débats sont ouvertes aux sympathisants.

Voici les réunions d’informations à l’agenda pour la rentrée 2018 (septembre 2018 à février 2019).

Voici quelques exemples de réunions passées. 

 

Organisation et participation à des manifestations publiques

Le groupe local organise des manifestations publiques, le plus souvent en collaboration avec d’autres groupes ou d’autres associations :

  • 18 octobre 2017 avec Paris Centre et Paris Sud, la plateforme des ONG pour la Palestine, la LDH et l’UJFP : Conférence de Michel Warshawski  » Israël, une radicalisation décomplexée ».
  • 15 septembre 2017 avec l’association Partage avec les enfants du monde : spectacle de la troupe de dabké d’Ibdaa (camp de Dheisheh de Bethléem)

Campagne Boycott, Désinvestissement, sanctions (BDS)

Le groupe local participe activement aux différents volets de cette campagne :

  • Campagne « Pas de produits des colonies dans nos magasins »: interventions et distributions de tracts devant les magasins Carrefour, intervention devant des pharmacies vendant les produits de beauté Ahava.
  • Campagne sur les liaisons dangereuses des banques françaises avec la colonisation israélienne : distribution de tracts pour l’information du public et interventions avec banderoles et tracts lors des assemblées générales des sociétés concernées : AXA, BNP Paribas, Crédit agricole, BPCE, Société générale.
  • Campagne pour la suspension de l’accord de partenariat entre l’UE et Israël : soutien à l’initiative lancée par le Collectif pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens par des distributions de tracts « Occupation: pas d’accord ».
  • Campagne contre la construction du tramway reliant Jérusalem Ouest avec les colonies israéliennes de Jérusalem Est

L’organisation d’événements culturels

Notre groupe local organise des projects de films, dont A la recherche d’un pays perdu, en la présence de Maryse Gargour, réalisatrice du film, aux Sept Parnassiens en juin 2018.

Soutien à des Projets de Palestiniens

Le Groupe local soutient régulièrement divers projets en Palestine :

  • le projet de ludothèque du camp de réfugiés de Khan Younis (Bande de Gaza), monté par Evry-Palestine ;
  • le projet d’équipement d’un centre pour enfants de Al-Khader (Cisjordanie) piloté par le groupe local de Gentilly

Il aide également à financer la production ou la promotion de films :

  • « A long hot summer in Palestine » de Norma Marcos (sortie en salles le 8 novembre 2017)
  • « This is my land » de Tamara Erde

Il apporte des soutiens ponctuels, par exemple pour 2017:

  • au Muséum d’histoire naturelle de Palestine, rattaché à l’Université  de Bethléem, dirigé par Mazin Qumsiyeh ;
  • à la revue en ligne Orient XXI ;

Une part importante de nos activités a été consacrée en 2016 à un projet de formation professionnelle dans les camps de réfugiés de Chatila et de Borj el Barajneh, à Beyrouth, identifié en mai et juin 2016 par deux adhérents membres du Conseil d’administration. Accompagnés de treize autres bénévoles d’origines diverses, présents sur des durées variables entre le 22 septembre et le 12 novembre, ils ont mis en oeuvre ce projet sur le terrain en liaison avec les associations locales Rêves de réfugiés et Najdeh. Ce projet a permis l’amélioration de l’école de Rêves de réfugiés, de centres psychosociaux de Najdeh dans les deux camps et de trois logements à Chatila et a apporté divers appuis à Najdeh. Une réunion bilan, après des entretiens avec les bénévoles, a eu lieu en mai 2017. Un livret de témoignages écrits et photographiques « Avec les réfugiés palestiniens » a été édité et est proposé à la vente aux adhérents et pendant nos manifestations.

Soutien aux produits palestiniens

Le Groupe Local diffuse régulièrement de l’huile d’olive palestinienne importée en France par la coopérative Andines. Quelques articles d’artisanat sont également proposés  lors des manifestations publiques que le groupe organise. Il participe aux marchés solidaires organisés par la mairie ou la Maison des associations.

Voyages de découverte et missions

Les adhérents sont régulièrement informés des voyages proposés par les groupes locaux et divers organismes. Plusieurs adhérents de notre groupe ont récemment participé à des voyages ou des missions diverses.

Courriers aux élus

Notre groupe local interpelle des personnalités politiques sur la question palestinienne : envoi d’une lettre aux candidats aux élections européennes, rencontres avec des élus et représentants de partis politiques pour inciter notre gouvernement à reconnaître immédiatement l’Etat palestinien et à s’investir activement pour une paix juste et durable au Proche-Orient.

Les principales actions ont été la Campagne pour la libération de Salah Hamouri la suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël, où des euro-députés étaient contactés. 

Conférences septembre 2018 – février 2019

A la rentrée 2018, le groupe local de l’AFPS des 14e et 6e arrondissements à Paris recommence sa série de conférences mensuelles, avec un thème et un invité différents tous les mois.

La première a eu lieu le 11 septembre à 20h15 à la Maison des Associations du 14e, 22 Rue Deparcieux, at accueillera Majed Nehmé, éditeur, chercheur, ancien directeur du magazine Afrique-Asie, sur le thème : « L’Iran après le retrait américain de l’accord sur le nucléaire : quelles perspectives ?« .

Le deuxième a eu lieu le 2 octobre à 19h45 et deux invités du parti travailliste britannique étaient invités – Leah Levane et Roy Sirotkin – pour commenter les récentes accusations d’antisémitisme vis à vis du parti travailliste et leurs conséquences sur la position du parti sur la question palestinienne. L’une d’entre elles est co-dirigeante du Jewish Voice for Labour. Voici l’évènement Facebook pour plus d’informations.

La prochaine conférence est le 11 décembre, à 20h15, toujours à la Maison des Associations, avec Pierre Blanc, enseignant-chercheur à Bordeaux Sciences Agro et Sciences Po Bordeaux (LAM), rédacteur en chef de la revue Confluences Méditerranée, co-auteur de Atlas des Palestiniens (2017) et Terres, pouvoirs et conflits : une agro-histoire du monde (2018). Le thème de la conférence sera « Terres, eau et conflits au Proche-orient« .

Les autres conférences auront lieu le 8 janvier, avec François Ceccaldi et le 5 février avec Xavier Guignard.

Pour en savoir plus sur notre groupe local, vous pouvez consulter notre page « Qui sommes-nous ? ».

A la recherche d’un pays perdu – Projection Juin 2018

Lundi 11 juin à 20 heures

aux « 7 Parnassiens »

98 bd Montparnasse, 75014

En association avec Ciné Attac

La projection sera suivie d’une rencontre avec Maryse Gargour, réalisatrice du film,

Sandrine Mansour, historienne auteur de « l’Histoire occultée des Palestiniens (1947-1953) »

et Lucien Champenois, l’un des protagonistes du film.

A-la-rencontre-d-un-pays-perdu-photo
Synopsis : ce sont des Français, nés à Jaffa, Bethléem et Jérusalem. Leurs parents sont consuls, chirurgiens, commerçants vivant dans la Palestine des années 30, certains depuis 4 générations. Ces Français sont d’autant plus attachés à cette terre qu’ils ont pu y grandir en toute sérénité, habituée au va-et-vient des navires et des nationalités diverses. Leurs récits révèlent l’ardeur de la vie quotidienne en Palestine. Nous sommes au cœur des événements et des heures importantes de l’Histoire de la Palestine qui nous mènent jusqu’aux années 50. Ce film est basé sur des correspondances personnelles, des archives diplomatiques, des journaux de l’époque et des archives audiovisuelles inédites.
10 euros / Tarif réduit (7,50 euros) sur présentation du tract.

Concert Justice 4 Palestine – 15 mai 2018

cabaret sauvage.png

Dans le cadre de sa Campagne 2018/Justice pour la Palestine, 2018/Année des réfugiés palestiniens :

L’AFPS organise un grand événement le 15 mai, jour de commémoration de la Nakba : un concert, « JUSTICE 4 PALESTINE » au Cabaret sauvage à Paris !

NOS ARTISTES : **HK** // **Mouss & Hakim Sound system** // **Al Kamandjâti** // **Mohamed Najem & Friends** // **Trio Charq-Gharb** // **Abeer et sa troupe Dabka Palestine** // **Delinquante** // **Thomas Pitiot**

>>Pensez à partager l’événement Facebook !

L’année 2018 marque les 70 ans de la création de l’État d’Israël et de l’expulsion des Palestiniens.

Pour les Palestiniens, la Nakba – la catastrophe – désigne les massacres, les expulsions et l’exode subis entre 1947 et 1951 qui ont précédé et accompagné la proclamation de l’État d’Israël. La date communément retenue pour commémorer la Nakba est le 15 mai 1948.

Au total, plus de 500 villages palestiniens et 11 quartiers de villes palestiniennes seront détruits ou rasés, environ 800 000 palestiniens seront expulsés vers le Liban, la Jordanie, la Syrie, Gaza, la Cisjordanie et deviendront réfugiés. Ce processus de dépossession et d’expulsion, démarré avant 1948, est toujours à l’œuvre aujourd’hui.


***POUR ACHETER VOS PLACES***

https://www.weezevent.com/justice-4-palestine

http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Musiques-de-France-Europe-JUSTICE-4-PALESTINE-NI7NK.htm#/disponibilite/b41f840ec0a82814d03eba6afaeefa93/normale

https://www.digitick.com/justice-4-palestine-concert-cabaret-sauvage-paris-15-mai-2018-css4-digitick-pg101-ri5387909.html


L’AFPS organise ce concert en partenariat avec :

MRAP // UNEF le syndicat étudiant // Politis // l’Humanité // Collectif National Pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens // Sortir du Colonialisme // CVPRPO // Plateforme des ONG françaises pour la Palestine // Liberté pour Salah Hamouri // 2018 – Le Temps de la Palestine // Cabaret Sauvage // Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) // Radio Orient

Nos remerciements pour l’affiche réalisée par Fred Sochard

Mirage gay à Tel-Aviv – Conférence avec Jean Stern – Janvier 2018

arton990-3d4d1Le 9 janvier 2018, nous avons reçu Jean Stern pour qu’il nous parle de son livre Mirage gay à Tel Aviv traitant de l’utilisation par Israël d’une démarche de marketing politique bien particulière, le pinkwashing. Cela a été un modèle de déconstruction de la propagande israélienne qui s’inscrivait parfaitement dans la Campagne 2018.

Après avoir rappeler ses engagements passés dans un groupe de libération homosexuelle et au sein du magazine Le Gai Pied dont il a été l’un des cofondateurs à la fin des années 70 mais également comme membre de l’UJFP et fondateur avec Eyal Sivan de la revue De l’autre côtéil a dit s’être éloigné pendant une douzaine d’années de la question israélo-palestinienne, se refusant à se rendre sur place. En 2009 cependant, il a fait le voyage avec un groupe d’étudiants en journalisme et découvert qu’il existe une communauté Gay importante à Tel Aviv, à l’occasion d’un attentat perpétré contre un lieu de rassemblement de cette communauté. Il a été surpris par un discours très pro-gay de Netanyahu et par le fait que la foule réunie à l’occasion de ce discours entonne l’hymne sioniste (et non l’hymne israélien). Il a alors décidé de s’intéresser à la question et c’est ainsi qu’a commencé une enquête de plusieurs années qui a aboutis au livre Mirage gay à Tel-Aviv.

Jean Stern au cours de cette conférence a magistralement démontré comment le pinkwashing s’intègre dans une stratégie globale de camouflage de la réalité et d’effacement des réalités sombres de la colonisation, de l’occupation et aussi de la société israélienne elle-même. Il a également rendu compte et explicité avec beaucoup de clarté ce qui peut apparaître comme paradoxal dans la politique israélienne, mais qui, de fait, se combine de façon très cohérente car tout vise un objectif : faire disparaître la face noire d’Israël – et donc les Palestiniens – aux yeux des occidentaux notamment.arton939-9d9f9

Pour plus d’information, voir l’entretien que Jean Stern a donné au magazine en ligne Lundi matin, le 17 juillet 2017 : Pinkwashing à Tel-Aviv ou son interview pour Médiapart

70 ans après l’expulsion des Palestiniens en 1948 : l’épuration ethnique toujours d’actualité

Conférence-débat avec Sandrine Mansour

Mardi 6 février à 20h

Sandrine Mansour est une historienne spécialiste de la Palestine, chercheuse associée au Centre de recherche internationale et atlantique (CRHIA) de l’université de Nantes, auteur de L’histoire occultée des Palestiniens : 1947-1953 – Privat – 2013

Mairie du 14ème arrondissement , 2 Place Ferdinand Brunot, 75014 Paris
(Métro Mouton-Duvernet ou Denfert-Rochereau)
Salle des mariages

 

justice

Dans le cadre de la Campagne 2018 Justice pour la Palestine

Non, Netanyahou n’est pas le bienvenu ni à Paris, ni à Bruxelles !

Le Président Trump vient de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et de décider d’y transférer son ambassade. Ces décisions qu’Israël et son Premier Ministre Netanyhaou demandaient depuis des années sont illégales au regard du Droit international.

Le Président Macron a jugé cette décision « regrettable » et a affirmé que la France ne la soutenait pas car « elle contrevient au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ».

L’Union Européenne a mis en garde contre les graves répercussions que cette décision pourrait entraîner. « Une solution doit être trouvée à travers des négociations pour résoudre le statut de Jérusalem comme future capitale de deux Etats (israélien et palestinien), de façon à ré-pondre aux aspirations des deux parties », a déclaré Fédérica Mogherini au secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson qu’elle recevait mardi.

La décision américaine prise sous la pression des évangélistes, conforte la politique de colonisation et d’annexion du gouvernement d’extrême-droite de Netanyahu, et ses violations constantes des droits de l’Homme et du droit international.

Dans ces conditions, la prochaine visite du premier ministre israélien à Paris le 10 décembre, et à Bruxelles où il s’est invité à une réunion informelle des ministres des affaires étrangères, doit être l’occasion pour les autorités françaises et européennes de manifester une opposition ferme à la politique guerrière du gouvernement israélien et d’adopter enfin des mesures effectives à commencer par la reconnaissance de l’État de Palestine avec Jérusalem-Est comme capitale.

Rassemblement le 9 décembre à 14h sur la place de la République.

 

La Terre parle arabe, lundi 12 juin aux 7 Parnassiens

Film documentaire palestinien réalisé par Maryse Gargour en 2007.

Le film de Maryse Gargour est construit essentiellement sur des citations des leaders sionistes, sur des archives audiovisuelles inédites, sur la presse de l’époque et sur des documents diplomatiques occidentaux, croisés avec des témoignages de personnes ayant vécu directement cette période. Le fil conducteur historique est donné par l’historien Nur Masalha. « La Terre parle arabe » croise le regard de l’historien et du cinéaste pour soulever une vérité brûlante, celle du nettoyage et de la spoliation de la terre palestinienne par les sionistes.

Suivi d’un débat animé par Sandrine Mansour

Née d’un père palestinien et d’une mère française, Sandrine Mansour est docteur en histoire (thèse auprès de Henri Laurens) et chercheur au CRHIA (centre de recherches en histoire internationale et atlantique) à l’université de Nantes. Auteure de L’histoire occultée des Palestiniens (1947-1953).

lundi 12 juin à 20 h aux 7 Parnassiens

98 boulevard du Montparnasse 75014 Paris, métro Vavin

Dans le cadre de

  

et de la Campagne 2017 / Justice pour la Palestine !

Tarif réduit sur présentation du tract à télécharger