Y’en a marre

Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), a posté ce billet sur son blog hébergé par Mediapart.

De nouveau, les flambées de violences entre Israéliens et Palestiniens. De nouveau, les civils qui sont les premières victimes. Vraiment, on a envie de dire : « Y’en a marre ».

Y’en a marre des communiqués de dirigeants européens qui déplorent les violences, appellent à la retenue, déclarent leur émotion et ne font absolument rien de concret pour que cela change.

Y’en a marre de ces dirigeants arabes qui manifestent de manière purement et uniquement verbale leur solidarité avec leurs frères palestiniens.

Y’en a marre de voir Barack Obama jouer les Gulliver empêtré dans ce conflit.

Y’en a marre de voir la plupart des responsables politiques américains pratiquer un suivisme aveugle à l’égard de la politique israélienne.

Y’en a marre de voir l’extrême droite fortement présente dans le gouvernement israélien, sans que cela gêne en aucune manière les pays occidentaux.

Y’en a marre de ceux qui affirment vouloir combattre l’extrême droite en France, mais la soutiennent en Israël.

Y’en a marre de ceux qui prônent partout le droit d’ingérence, sauf au Proche-Orient.

Y’en a marre de voir les responsables israéliens appeler sans cesse à plus de répression et croire, ou faire semblant de croire, que cela va suffire à ramener le calme et que les Palestiniens vont éternellement accepter d’être un peuple vaincu.

Y’en a marre de voir le racisme décomplexé des colons israéliens, leur sentiment de supériorité tranquillement affiché et le déni qu’ils ont de l’existence même des Palestiniens.

Y’en a marre des médias qui mettent sur le même plan occupant et occupé et pensent dégager une position équilibrée.

Y’en a marre de voir que le Hamas pense gagner quelque chose en envoyant des roquettes sur le sud israélien, alors que les plus importantes destructions qu’il a créées ont été celles du camp de la paix en Israël.

Y’en a marre de voir Mahmoud Abbas nourrir l’illusion depuis dix ans que les Américains vont lui accorder ce qu’il demande.

Y’en a marre de voir en France les organes communautaires juifs officiels déplorer l’importation du conflit et appeler à une solidarité sans faille avec Israël.

Y’en a marre que l’on fasse passer pour antisémites ceux qui ne font que critiquer le gouvernement israélien.

Y’en a marre qu’on instrumentalise la lutte contre l’antisémitisme au profit de la défense du gouvernement israélien.

Y’en a marre de ceux qui croient aider les Palestiniens et font une confusion entre juifs français et israéliens.

Y’en a marre de ceux qui pensent venger les Palestiniens en s’attaquant aux juifs français.

Y’en a marre de ceux qui condamnent les sionistes en général et mettent sur le même plan Avraham Burg et Naftali Bennett.

Y’en a marre de ceux qui se disent pour la solution à deux États et qui soutiennent systématiquement toutes les actions de l’armée israélienne.

Y’en a marre de ceux qui dénoncent le terrorisme pour justifier une répression qui, loin de le combattre, vient le nourrir.

Y’en a marre des lâches qui n’osent pas s’exprimer sur le sujet de peur de prendre des coups.

Y’en a marre de ceux qui pensent qu’au XXIe siècle, l’occupation d’un peuple par un autre ne pose pas de problème.

Y’en a marre que tous ceux qui, faisant cela, non seulement piétinent les principes de justice et de valeur universelle dont souvent ils se réclament, mais surtout insultent l’intelligence de ceux auxquels ils s’adressent en pensant que leurs arguments passent encore la rampe.

Publicités

Rassemblement en solidarité avec le peuple palestinien et sa jeunesse – 21 octobre à 18h – Place de l’Opéra

Depuis des mois, des événements d’une gravité extrême meurtrissent la Palestine. En Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza, l’armée israélienne tue. Les colons massacrent, provoquent, profanent et démolissent sans limite, au mépris des principes fondamentaux du droit international.

Le gouvernement israélien porte l’entière responsabilité de la dégénération d’une situation devenue explosible et incontrôlable.

C’est pourquoi en solidarité avec la résistance palestinienne, le Collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens appelle tous les démocrates épris de paix et de justice à se rassembler.

Nous dirons avec force :
• Stop à l’agression israélienne
• Sanctions contre Israël
• Solidarité avec le soulèvement de la jeunesse palestinienne
• Arrêt du blocus de Gaza
• Respect de la résolution 194 sur le droit au retour
• Libération de tous les prisonniers politiques palestiniens
• Mise sous protection internationale du peuple palestinien
• Reconnaissance des droits nationaux du peuple palestinien

Plus que jamais :

La France doit reconnaître l’Etat de Palestine, agir au Conseil de Sécurité pour faire échec au gouvernement de Benyamin Netanyahou

La France doit agir en Europe pour la suspension de l’accord Union européenne/Israël

Rassemblement

mercredi 21 octobre 18 heures

Place de l’Opéra

Partager l’information, participer à l’événement Facebook

Signataires membres du Collectif pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestinien

Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – AILES Femmes du Maroc – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba : Association des Libertés, Droits de l’Homme et non-violence – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) – Droit-Solidarité – Ensemble – Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Forum Palestine Citoyenneté – Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine – La Courneuve-Palestine – le Mouvement de la Paix – les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Mouvement Politique d’Emancipation populaire (M’PEP) – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Organisation de Femmes Egalité – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Socialistes pour la Paix – Sortir du colonialisme – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires

Le couteau de cuisine, l’arme palestinienne du désespoir

« Troisième Intifada »? s’interrogent les éditorialistes. La question me semble sans grande importance : ce qui est certain par contre, c’est que nous sommes témoins de la fin d’une longue période de calme relatif en Cisjordanie occupée, en particulier à Jérusalem et dans sa grande banlieue.

Un calme relatif lié à l’attente d’un éventuel débouché des initiatives diplomatiques menées par Mahmoud Abbas sous les conseils-pressions des Etats-Unis et des pays de l’Union Européenne. Tout semble indiquer que le long sursis donne au Président palestinien par sa propre population touche à sa fin. Abou Mazen n’a rien obtenu, ne serait-ce que dans le domaine du symbolique. Au contraire, il s’est attrape des gifles humiliantes de la part d’un gouvernement israélien qui se refuse même à faire semblant de jouer dans la pièce tragico-grotesque que l’on nomme « processus de paix ».

Les dernières provocations israéliennes se sont passées sur l’Esplanade des Mosquées, le site le plus sensible pour les Palestiniens (et pour un milliard et demi de musulmans à travers le monde) sous la forme de parades musclées de la part de plusieurs ministres et députes de la droite au pouvoir, et la profanation d’al Aqsa par les forces de police israéliennes.

Si l’on s’obstine à appeler les évènements actuels « Intifada », il est vraisemblable qu’on la nommera l' »Intifada des couteaux », c’est-à-dire une longue série d’initiatives individuelles ou des hommes et des femmes, jeunes pour la plupart, s’en prennent à des soldats ou a des civils israéliens avec un couteau, un cutter ou même un tournevis. Ils savent qu’ils risquent leur vie, d’autant que Netanyahou et ses sbires ont appelé la population à s’armer et à tirer sur ceux qui attaquent des Juifs, « tirer pour tuer » ont-ils insiste. Comme l’indique Gideon Levi dans le Haaretz du 11 Octobre, il s’agit là d’exécutions sommaires de quiconque lève la main sur un Juif. Cette pratique sauvage s’étant confirmée au cours des derniers jours, toute agression palestinienne d’un israélien, civil ou militaire, devient en fait une opération suicide.

Il est important de souligner que ces actes suicides ne sont pas le fait de militants organises, et ne sont pas commandites par tel ou tel mouvement national palestinien; c’est d’ailleurs ce qui explique l’incapacité des services de renseignements à prévenir ces attaques: une jeune femme se lève un matin, prend un tournevis et attaque un israélien, en uniforme ou non, en sachant qu’elle a toutes les chances, ou presque, d’y laisser sa vie. C’est dire l’état de désespoir d’une population palestinienne qui a perdu toute forme d’illusion sur le « processus de paix ».

C’est dire aussi l’isolement grandissant de Mahmoud Abbas par rapport à son peuple, continuant ses gesticulations diplomatiques stériles alors qu’il n’a aucun partenaire, ou plutôt, qu’en face de lui se trouve un gouvernement dont l’intransigeance et le comportement provocateur le tournent en ridicule.

Quand a la dite communauté internationale, elle appelle scandaleusement à « la fin de la violence des deux côtés », et se garde bien d’utiliser les moyens dont elle dispose pour imposer à l’Etat colonial israélien la mise en œuvre de résolutions qu’elle adopte régulièrement tout en continuant à traiter Israël comme un allié fiable et un partenaire avec lequel il est bon de faire des affaires.

Michel Warschawski – 11 octobre 2015

Un Etat palestinien : « le moment venu », c’est maintenant !

Journée nationale d’action

10 octobre 2015

à Paris, place de la République à 15 heures

pour la reconnaissance immédiate de l’Etat de Palestine

 

Le préambule de la déclaration universelle des droits de l’Homme considère

Les Palestiniens privés de leurs droits nationaux fondamentaux, aspirent à redevenir libres et à vivre dans un Etat souverain et viable. Mais c’est un fait, en occupant et en colonisant la terre palestinienne, en entravant la liberté de circulation par un blocus strict à Gaza et un mur d’annexion en Cisjordanie, en s’appropriant les terres, les maisons et l’eau, l’Etat d’Israël se place dans le déni du droit international, en rupture avec la déclaration de droits de l’Homme et de la convention internationale des droits de l’enfant.

On a longtemps espéré que la solution pour une paix juste et durable viendrait de la négociation entre Israéliens et Palestiniens. Mais depuis longtemps déjà, cette solution a montré son inefficacité. Sans l’intervention politique et diplomatique des Etats du monde, de l’ONU, de l’UE, pour faire appliquer les résolutions des Nations Unies, sans l’intervention citoyenne pour exiger d’Israël qu’il cesse de nier et d’entraver les droits nationaux du peuple palestinien et sa légitimité à disposer de lui-même, rien n’est à attendre de nouvelles et hypothétiques négociations.

Et si des avancées substantielles ont vu le jour avec la reconnaissance de l’Etat de Palestine comme membre à part entière de l’UNESCO et l’admission de la Palestine comme Etat observateur à l’ONU, cela reste insuffisant.

135 pays comme dernièrement la Suède, ont choisi de reconnaitre officiellement l’Etat de Palestine, la France a demandé au Président de la République, par la voix de son parlement, de faire le même choix.

Malgré cette demande de la représentation nationale, la décision n’est toujours pas prise, même si le ministre des affaires étrangères en reconnait la légitimité, et déclare que cette reconnaissance se fera « le moment venu ».

Pendant ce temps, la colonisation se poursuit et Israël refuse de prêter ne serait-ce qu’une oreille, aux tentatives de la France de donner un cadre international à la recherche de la paix, alors les tergiversations ne sont plus supportables.

« Le moment venu », c’est maintenant ! En aval du vote de l’Assemblée Nationale et du Sénat en décembre 2014, le Collectif a lancé une campagne citoyenne pour la reconnaissance immédiate de l’Etat de Palestine, en proposant à la signature, une carte pétition adressée au Président Hollande pour exiger cette reconnaissance.

Pour marquer sa volonté de poursuivre jusqu’à la reconnaissance effective de l’Etat palestinien, le collectif national invite tous les démocrates épris de paix et de justice à participer à la journée d’action nationale et décentralisée qu’il organise le 10 octobre 2015. Ce sera l’occasion d’exprimer leur colère et leur volonté que la demande présentée au Président soit enfin prise en considération.

 

Signataires membres du Collectif pour une paix juste et durable en Palestiniens et Israéliens 

Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association Ailes-femmes du MarocAssociation des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba : Association des Libertés, Droits de l’Homme et non-violence – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) Confédération Générale du Travail (CGT) – Ensemble – Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – La Courneuve-Palestine – le Mouvement de la Paix – les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Mouvement Politique d’Emancipation populaire (M’PEP) – Organisation de Femmes Egalité – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Socialistes pour la Paix – Sortir du colonialisme – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires